Actu

La Mauritanie n’est pas arabe. Trêve de bêtises ! Par Cheikh Ould mezid

13819513_10204589326773663_1684605135_nContrairement à ce que veulent les nationalistes étroits et les chauvins, la Mauritanie n’est pas purement arabe et ne peut l’être. Au début du siècle dernier, la polémique s’est installée en Orient quant à savoir si les pèlerins chinguittiens étaient africains, auquel cas ils bénéficeieraient du waqf (dépenses de bienfaisance) africain qui fut suspendu depuis des lustres ; ou sont-ils arabes, et ils bénéficient du waqf maghrébin qui, lui, était en cours à cette époque. Ainsi donc, le problème de l’identité était posé avant la fondation de l’Etat car les arabes n’ont pas le sens de la diversité. Tout juste désignaient-ils le noir foncé ou le blanc éclatant… Parfois, je suis choqué par des titres comme « La poésie mauritanienne».

On dirait qu’en Mauritanie il n’y a pas de poésie autre que classique. En Mauritanie, on trouve une poésie en langue mauritanienne de Molière qui n’est pas moins excellente qu’une poésie écrite dans la langue Imrou’Elqays. Ce peuple vient d’horizons divers, on ne peut le réduire en une seule dimension. Et le mot أغرمان” que certains considèrent comme signifiant esclave des romains (ag-romains) renvoie au rattachement de ces gens aux romains. Par conséquent des foules d’occidentaux, des romains, ont contribué à la formation du peuplement de la Mauritanie qui était profondément lié aux romains depuis des temps immémoriaux. Sans oublier le rôle des maures qui avaient fui l’inquisition, il faut d’ailleurs noter que la seule blancheur de peau ne renvoie pas à l’arabité. Le peuple soninké (sarakollé) dont certains auteurs disent qu’il appartient à la zone d’Assouan en Egypte, disent les uns aux autres qu’ils étaient blanc.

Ce qui renforce la thèse selon laquelle ils sont venus du Nord et s’illustre dans certaines dictons tels que « sourakha kamile choumbaana ». Mais leur contact avec les africains a impacté sur leur teint pour leur donner la couleur actuelle qui les caractérise. Concernant le côté linguistique de la question, on a noté une prédominance du dialecte hassaniyya (de l’arabe), qui a commencé à être parlé depuis les premières vagues migratoires alors même qu’elle conserve, jusqu’à aujourd’hui, les survivances de la langue sanhaja que les régimes successifs se sont employés à étouffer de sorte qu’il n’en soit perçu que le côté arabe en Mauritanie. Bien qu’il existe encore de nombreuses poches en Mauritanie où cette langue (sanhaja) est parlée, ou tout au moins durant une partie de l’histoire de la Mauritanie, les Arabes et la langue arabe sont incontestablement une partie de la Mauritanie, mais une parmi plusieurs parties que l’on ne voudrait pas voir étouffer les unes les autres : le wolof, le soninké et le pulaar sont des langues de la vie quotidienne en Mauritanie.

Au plan politique, la Mauritanie n’a pas été soumise, comme l’ont été les arabes, à l’empire Ottoman, pour plusieurs raisons. Du coup, elle n’a pas de passé commun avec eux, comme c’est le cas entre les pays arabes, qui puisse fixer des horizons politiques pour l’avenir. Nous sommes fiers de notre africanité que nous partageons tous (négro-africains, arabes, berbères et autres). Ce pays décrit comme regorgeant de monuments archéologiques et ce peuple sage, qui lit le livre de l’univers pour en faire une culture orale, se passent des cahiers et des plumes si bien qu’on dit qu’un vieillard qui meurt en Afrique est une bibliothèque qui brûle. Cette fierté est celle dont nous nous réjouissons car elle nous rassemble tous, en tant que mauritaniens et africains.

En réalité, il n’y a pas d’axe commercial qui nous lie aux arabes. Tous nos échanges se font avec les africains et les européens. Ce que nous attendons des arabes ou que eux attendent de nous, n’est rien de plus que des formules diplomatiquement marquées par le sentiment et la folie d’un attachement aux guerres ancestrales. Et bien des fois, ils se sont désolidarisés de nous. Ce qui a retardé notre adhésion à la ligue arabe de 13 ans après l’indépendance. Chinguitti dont vous-vous vantez et que vous considérez comme la pus grande preuve de votre prétendue arabité, n’est rien de plus qu’un mot qui traduit les dimensions profondes de la Mauritanie. C’est une expression de l’azer qui est un mélange entre le soninké et l’amazigh. Où se trouve l’arabité dans tout ça ?

Traduction : Sidi Ali Ahmed, texte publié en arabe Taqadoumy

Related Posts

  1. Belle plume, noble argumentation, une pensée juste..c’est là une vision qui devrait être commune, aux “temps des rendez-vous du donner et du recevoir” il est temps que les décideurs mauritaniens comprennent cela …qu’aucune frange de ce beau peuple…ne peut aller sans l’autre.Qu’on sorte du communautarisme, du sectarisme, des woulad-aami, du kobandam..rouge, jaune ou vert; la Mauritanie est une, son peuple est un et son destin est un.

  2. Article médiocre qui ne repose sur aucune référence peu importante soit elle. Ce gamin qui n’a aucune référence névrosé et narcissique de surcroit, qui cherche par tout les moyens d’attirer l’attention et sa dernière retrouvaille est celle de s’attaquer à la communauté dont il fait partie. Toutefois, il est pitoyable de voir ces mesquins negro-mauritaniens faire feu de tout bois pour assouvir leur haine raciste.

  3. merci de cette publication malheureusement je ne comprend pas bien les Hassania et l’arabe mais je constaté beaucoup de coïncidence entre arabe et soninké sur beaucoup des phrases soninké exp : (mama) mma oumu en arabe ; (papa) baba abou en araba ; li (vient) ta_ alla en arabe, harâ (apprend) ahra en arabe, layidou (promis) hahidou en arabe; debe (village) dabay en hassania ; avant je n’avais pas cru comme un vieux homme m’avais dit qu’il y’a un centaine de mots de la langue soninké qui provient de l’arabe ou la langue arabe qui provient de soninqké parceque le soninké a duré depuis le temps de pharaon (5000 ans). cherchons ensemble notre histoire pour sortir de ce polémique.

  4. Mohamed A.Lehreitani says:

    La Mauritanie n’a jamais été présentée si authentiquement et si vrai que dans ce bel article! Je remercie l’auteur qui a osé montrer une réalité que beaucoup d’esprits tordus cherchent à cacher et, même, à effacer tout bonnement de notre mémoire!

  5. Un article qui fait des jugements de valeurs doit avoir une assise scientifique. Cet article n’en a pas . A considérer comme une simple opinion comme tant d’autres qui ne reflète que l’avis très léger (et superficiel dans le débat sur l’arabité) au demeurant de l’auteur. Ce n’est pas une référence.

  6. C’est malheureux très malheureux de voir en Mauritanie les gens prendre position ou appréciation selon un discours identitaire et communautariste, racial ou ethnique.

    Tantôt on apprécie parce que l’article défend telle ou telle communauté, tribut, ou ethnie… Soyons objectif chers frères. Faisons un jument sans partisanerie.

  7. Merci cheikh ould mezid .
    Votre récit est une pure vérité et vrai merveille. Cheikh vous êtes mon héros et je partage votre mémoire.
    Voici Mauritanien maure est fier .
    Il faut avoir des couille pour le dire.
    J’admire ton courage, un vrai fils du pays.

  8. La traduction change parfois le contenu d’un article
    donc j’aborde la publication avec la réserve qui s’impose, Mais il ya des points qu’ ils faut relever:

    1- Tous les pays membres de la ligue arabe ont parmi leur population d’autres groupes ethniques:
    les berbères au maghreb, les kouptes en egyptes, les kurdes ensyrie et en irak , les Armeniens au Liban..etc….
    2-tous les arabes ne sont pas (blanc),et les non arabes (noirs):
    les AAnfars au Djiboiti sont noirs mais Arabes , les berbers de Tizi ouzou sont d ‘UNE blancheure eclatante mais non arabe, la couleur n’est un critère d’inclusion que pour les simplistes ou les malhonnêtes.
    3-Les echanges entre la Mauritanie et leMonde arabe etaient et de tous les temps existants (commerce via le maroc et l Algérie, culture aucours des voyage de pelerinage..etc.).
    4-C’est pas seulement la Mauritanie qui n’était pas sous domination de L’empire Outhman, Le Maroc n’a jamai etait sous l emprise Turque.

    C’est vrai nous sommes avant tout (des mauritaniens) un peuple multiethnique et multiculþurel) , mais nous sommes Africains et Arabes, et les affirmations gratuites ne changerons rien ni a l’histoire moins encore a la Géographie.

    Notre vrai combat c’est la creation de l’état de Droit et de citoyenneté , qui ne nie pas l ‘appartenance mais valorise la différence.

  9. Je vais pas rentrer dans les polémiques des uns et des autres mais l’aspect rassembleur de cet article m’a beaucoup ému, et j’aimerai bien voir un jour tous les Mauritaniens avoir cette pensée, cette vision, cette histoire en commun.
    Et je ne peux que te féliciter pour ca, et te dire bravo, encore bravo pour ton courage. Ce n’est pas donné à tout le monde. Et comme dans un des commentaires précédents ou son auteur avance que cest fait pour attaquer les siens, deja penser des siens, des miens et des tiens n’est pas une bonne chose partant du principe qu’on est tous humains et tous musulmans, et cet article n’abaisse en rien la communauté maure. Si vous êtes rabaisser, on l’est tous et si vous êtes elever on l’est tous. J’aimerai que vous pensez au delà de la communauté à laquelle vous appartenez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *