Actu direct Rmi info

Profond changement…révolution….

Il y a aujourd’hui comme un relent de profond changement, de révolution même, en l’air.  A mi-mandat, le Président de la République semble vouloir remuer fortement le cocotier, pousser violemment la machine, rejeter les compromis, les facilités, désigner clairement les dysfonctionnements et agir fortement pour remettre en marche le pays, sur de nouveaux rails.

Le Chef de l’Etat semble très clairement avoir pris le parti de rompre avec le silence, l’attentisme qui ont caractérisé nos politiques depuis plus de soixante ans. Il a décidé d’affronter directement les deux monstres qui ruinent notre société et nos économies

L’esprit de caste, de classe, le mépris des artisans et des travailleurs, le tribalisme étroit, ont toujours été des négationsde la démocratie et de l’Etat de droit. Mais les dirigeants se sont toujours tu sur ces questions ou ne les ont abordés que sur le bout de la langue.

A Ouadane, le Chef de l’Etat ne s’est pas formalisé pour dénoncer ouvertement ces tares. Il s’est ouvertement attaquéau système suranné et à l’idéologie fumeuse qui le soutient.  C’est la première fois qu’un Chef d’Etat mauritanien abordecette question sans prendre des gants, sans hésiter, indiquantclairement qu’il se fera une mission de défendre les opprimés des temps anciens et les déclassés d’aujourd’hui. Il s’agit là d’une véritable révolution

Le second signe de cette nouvelle trajectoire est la dénonciation directe par le Chef de l’Etat, il y a seulement deux jours de l’action de sa propre administration, de la lenteur des projets, du peu d’enthousiasme mis dans l’application d’un programme électoral qui, à ses yeux, est justement un programme à réaliser, dans les délais, pas une liste de bon vœux.

Les hommes politiques, les dirigeants de nos Etats ont toujours la fâcheuse tendance de vouloir se complaire dans l’autosatisfaction, crier victoire, soutenir contre vents et marées l’action de leurs administrations. Ici, il y a rupture. Non, le Président de la République n’a pas applaudi au travail de son administration, il a au contraire mis en cause le travail accompli en général, même si par ailleurs certaines réformes ont pu être réalisées. Le communiqué de la Présidence à ce sujet sonne comme une véritable remise en cause, la première de son genre. Désormais a-t-il dit, je suivrai pas à pas l’avancée des projets. L’inspection générale de l’Etat estdésormais installée à la Présidence, et une commission de haut niveau a été mise sur pied pour le suivi des projets

Ces deux actions, ces deux discours se complètent. Les changements sociétaux nécessaires ne peuvent se réaliser sans que les conditions de vie des classes défavorisées ne s’améliorent, sans que l’éducation ne se développe, sans que la corruption ne soit vaincue

Le Président de la République a donc clairement lancé un nouveau défi à l’ordre social et économique persistant. C’est aux mauritaniens de le rejoindre, de le soutenir, pour enfin, espérer un décollage de notre société et de notre économie.

Mbarek Ould Beyrouk

Related Posts

Laisser un commentaire