Les confs d'RMI

L’ex-colonel Oumar Ould Beibacar « arrêté pour ses opinions »

12325046_1092372764115151_1044874143_n

Le Comité du soutien pour la libération du colonel à retraite Oumar Ould Beibacar a tenu lundi 30 novembre une conférence de presse au siège du FONADH pour s’insurger contre son arrestation. Composé de défenseurs des droits de l’homme, d’acteurs de la société civile et d’hommes politiques, le comité a vivement fustigé l’atteinte à la liberté d’expression caractérisée par l’arrestation d’Ould Beibacar.

 

Dans un communiqué distribué à la presse, le comité a : « condamné cette détention arbitraire qui constitue une violation au droit, à la liberté d’expression, de réunion et de manifestation pacifique conformément aux normes juridiques ». Plus de 36 signataires, majoritairement des organisations de défense des droits humains, ont par ailleurs demandé « la libération immédiate et sans condition du colonel qu’ils considèrent arbitrairement détenu ». Enfin, le comité a dans son communiqué rendu « les autorités responsables de toute atteinte à sa sécurité et à son intégrité physique et morale durant sa détention ».

 

Répondant à une question de RMI-info sur le lieu de détention du colonel, Boubacar Ould Massoud, le président du SOS-Esclaves a précisé que : « Nous ne savons pas où se trouve le colonel. Nous avons fait quasiment tous les commissariats de Nouakchott. La dernière fois où il a été aperçu, c’était pour récupérer son ordinateur et son véhicule accompagné de policiers en civil ».

 

Dans son introduction, la militante des droits humains Lalla Aicha a déclaré qu’ « en homme honnête, le colonel Oumar Ould Beibacar a le droit de dire toute la vérité sur les exactions de 89. Il a été arrêté pour ses opinions. »

 

Selon Kardiata Malik Diallo (UFP), « la seule raison qui justifie l’arrestation du colonel Ould Beibacar est l’évocation des exactions extrajudiciaires  des années 90».

 

Enfin, Ibrahima Mocktar Sarr, président de l’Alliance pour la justice et la démocratie (AJD/MR) et Kane Mamadou, président de COVIRE,  sont revenus sur le contexte de l’arrestation du colonel alors qu’il animait une conférence intitulée : Inal a-t-il définitivement entaché le 28 Novembre,  au siège d’AJD/MR.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *