Actu direct Rmi info

DROIT DE REPONSE à l’article « Les abus liés à l’ordre féodal à Dafor autour d’un périmètre pastoral »

DROIT DE REPONSE à la suite de la publication de l’article « Les abus liés à l’ordre féodal à Dafor autour d’un périmètre pastoral » sur Cridem.org, le26/06/2020


L’article publié en ligne le 26 Juin 2020 concernant le périmètre pastoral du village de Dafort contient des allégations et des propos diffamatoires que nous récusons totalement. En effet nous n’avons relevé que des contrevérités à la limite de la diffamation contre tout Dafort (commune située dans le département de Ould Yengé/Guidimakha). Nous affirmons sans ambages, de prime à bord, que l’article n’est pas crédible et que de surcroît l’auteur n’est pas digne de bonne foi pour plusieurs raisons.

Il est important de préciser que ce périmètre pastoral qui est financé par l’état est destiné à toute la population du village de Dafort sans distinction ni discrimination aucune. Cependant l’entretien, la conservation pérenne et durable de ce parc à fourrages reviennent à la population elle-même.
Pour assurer la bonne gestion du périmètre les habitants de Dafort doivent tous participer aux travaux de maintenance.

Pour pouvoir bénéficier des avantages et accéder aux produits fourragers il est nécessaire de s’acquitter des contributions forfaitaires suivantes :

  • Tas de foin à 2 000 MRO (soit 200 MRU)
  • 50 MRO (5 MRU) par tête de bovin.


Les membres minoritaires qui se réclament du groupuscule extrémiste Ganbanaaxu de Dafort ont réfuté tous les principes, pourtant arrêtés de commun accord et consignés dans des protocoles d’entente devant les autorités administratives, judiciaires et municipales. Non seulement ils ont toujours refusé de participer aux travaux d’intérêt général du village sous le prétexte fallacieux qu’ils ne répondent plus aux appels et convocations du chef de village, ils s’arrogent le droit de saboter le projet en détruisant la clôture.

Les pratiques de ce groupuscule menacent la cohésion sociale et le bon vivre ensemble entre tous les habitants du village.
Ces perturbateurs usent de tous les subterfuges pour ramener tout litige mineur à un niveau politique en taxant ces paisibles paysans et éleveurs de Dafor de tous les noms d’oiseaux et de tous les néologismes insensés du genre : féodaux, esclavagistes, etc..

Une fois de plus nous défions toute personne physique et/ ou morale de se rendre sur le terrain pour comprendre de visu ce qui s’est réellement passé autour de ce périmètre pastoral.

Il est important de retenir que quand on refuse de participer aux travaux d’intérêt général on ne peut prétendre bénéficier des dividendes d’un quelconque projet initié dans nos villages.

Tounka Lemou Kofo de Dafort

Dafort, le 29/06/2020

Related Posts

Laisser un commentaire