Les Diam Min Tekky Brûlent le nouveau drapeau mauritanien

Les Diam Min Tekky Brûlent le nouveau drapeau mauritanien

Reculer pour mieux sauter :

Le 10 décembre 2016, Les Diam Min Tekky dévoilaient au public leur clip ‘’Min Cubaaki Rap’’. Pour la première fois nous découvrirons le trio le plus célèbre de la musique mauritanienne dans un registre inédit qui est l’égo trip : une forme de Rap qui consiste à s’autoproclamer comme étant le meilleur. À un jour près de la même période, les dénommés ‘’Soldats Sans Salaires’’ reviennent avec un nouveau single. C’est en effet en début d’après midi du 08 décembre dernier que l’annonce a été faite sur leur page Facebook officielle. Sur l’affiche on pouvait y lire : « Diam Min Tekky – Bientôt un nouveau clip – Je Ne Valide Pas ». A part le nom du groupe en haut de l’affiche, le visuel ne contient aucune image du trio. Que cache ce « Je » ? Qu’est-ce que ce « Je » ne valide pas ? Suspens total !

L’heure de la vérité a sonné :

Le suspens n’a duré que quelques  heures. Il a fallu attendre le 09 décembre aux environs de 18heures pour découvrir le clip avec le titre officiel « Brûle ». C’est sur un instrumental composé par le sénégalais ISS 814 que les Diam Min Tekky vont, lyricalement, brûler le nouveau drapeau national. En total désaccord avec la nouvelle constitution contestée par la majorité l’opposition politique, les auteurs des albums  ‘’Gonga’’ n’y vont pas par quatre chemins. Dés les premières notes, nous sommes avertis par des mots forts : « je vais parler mal et sans respect. Nous sommes gouvernés que par des i***ciles ». Comme dans un dialogue, Mar et Ousmane posent leurs mesures verdicts sur une rythmique Hip Hop en cadence militaire.

La jeunesse ne dort pas :

Elu en 2009, le président Mohamed Ould Abdel Aziz arbore le slogan ‘’Président des pauvres’’ avant d’endosser son costume de centaure. Réélu en 2014, il entame son dernier mandat. Mais le malin-géni improvise une réforme constitutionnelle en passant par un référendum validé à l’aveuglette par le peuple le 05 août dernier : suppression du Sénat, nouveau drapeau avec deux bandes rouges symbolisant le sang des martyrs de la résistance et un nouvel hymne national. Depuis la Belgique, rien échappe nos rappeurs citoyens encore moins à la jeunesse mauritanienne éveillée et déterminer à changer les choses.

Un clip choc :

Dos à dos, mine serrée, visages rageur et tout de noir vêtu, nos vaillants artistes croisent des lyrics révélateurs et brulants comme le témoigne le refrain : « Brûle, brûle, brûle ce drapeau. Brûle ce drapeau qui ne te représente pas. Dis le, dis le, on s’en fou du changement du drapeau et du changement de l’hymne national ». Les multiples révélations, sont prouvées par des extraits d’articles en arrière plan du clip dans un décor sombre. L’ancien drapeau brandi fièrement par Ousmane vers la fin du clip et le nouveau brûle au feu juste à ses pieds : le message est clair.

 

Youssouf Shady