Actu

Un 28 novembre autour d’un thé…

Ça refait le monde autour d’un thé
Avec mes amis, les idées se font suite
Se respire un sentiment d’unité
En ce 28 novembre 2018

Vient mon tour de palabrer
Au sujet de RIM la bien aimée
Je leur dis : “Je n’ai qu’un simple poème
À offrir à celle qu’on aime

En ce jour de fête de l’indépendance
En ce lieu et en votre présence
Toutes les conditions sont réunies
Pour déclarer ma flamme à ce pays

Ce lointain pays qui m’a vue naître
Puis vue partir pour mieux revenir
Cette terre composant mon être
Et essence de mon avenir…

Chère Chinguit de mes ancêtres
C’est donc à toi que je m’adresse
Quand je te quitte j’ai ce mal-être
Et c’est vers toi que je m’empresse

De l’eau a coulé sous les ponts
Depuis ce 28 novembre 60
Ce grand jour où nous célébrions
La fin d’une période déplaisante

Comment aujourd’hui te décrire
À ceux qui ne te connaissent pas?
Mes pauvres mots ne sauraient dire
Cette splendeur qui brille en toi

Entre l’océan et le désert
Entre “khriv” et sécheresse
Blanc, noir, Soninké ou Poular
Ces différences font ta richesse

Une terre d’accueil au sable rouge
Une terre d’union comme dit Mokhtar
Un ancêtre nomade qui sans cesse bouge
Des palmiers de Tidjikja à ceux d’Atar

Un peuple bon et généreux
Un dine lumière, repère et phare
Se rendent hospitaliers même ceux
Qui ne possèdent ni “dar” ni “mbar”

De mots, je ne suis plus en quête
Ceux qui suivent te décrivent au mieux
Ton peuple est celui des poètes
Un million se cacherait parmi eux

Un peuple coloré, un peuple divers
Un coquillage de beautés plurielles
M’inspirant ces humbles vers
Aux couleurs de l’arc-en-ciel

Mais ma Chinguit tu n’es pas
Que cette jolie carte postale
Les inégalités sont bien là
Et l’injustice trop banale

Ye RIM ta jeunesse chôme
Honnête ? dur de le rester
Quand malgré les diplômes
Les portes restent fermés

Je ne vais pas faire étalage
De la liste de tous nos maux
La corruption fait ravage
Mais tu sais que ce n’est pas nouveau

Et ça vend sa carte d’électeur
Et ça la donne au bon voisin
Une générosité qui me fait peur
Car ne présage rien de bien

Mère-patrie dis-nous quoi faire
On s’aveugle par tradition
Le tribalisme nous rend fiers
Nous fait délaisser la raison

On ne voit pas assez grand
Dis-moi Chinguit ai-je tort?
Le succès marche au cran
Et entre nos mains est ton sort

Pour tes beaux yeux visons le top
Car le besoin est de taille
Mais si RIM se développe
Cela vaut toutes les médailles

L’espoir m’enivre à cette pensée
Que demain nous t’élevions
Et qu’en repensant au passé
L’esprit léger nous en rions

Retrouver le chemin des urnes
Et prendre en main ton destin
Ce n’est pas décrocher la lune
Mais un rêve à portée de main

Choisir le mieux pour toi ye RIM
N’est-ce pas un devoir citoyen?
Et n’est-ce pas un droit légitime
Que d’exiger ce qui nous revient?

L’impossible est à notre portée
Reculer n’est pas une option
La seule option est d’avancer
Car nous sommes une jeune nation

Santé, social, éducation
Autant de secteurs en perdition
Qui méritent toute l’attention
Des nouvelles générations

Prenons la voie de l’innovation
Se battre pour nos convictions
Ne garder que ce qui est bon
De nos cultures et traditions

L’espoir se trouve en chacun
Main dans la main nous y arriverons
Entraidons-nous car demain
N’est que la somme de nos actions“.

Moona Ahmed-Khalifa

Related Posts

Laisser un commentaire