Actu

Racisme et délit de faciès une pratique des forces de la DST en MAURITANIE.

Je suis noir et mauritanienIl n’y a pas qu’aux Etats-Unis, que d’innocents citoyens subissent à cause de la couleur noire de leur peau, la violence policière. En Mauritanie nous en avons été témoin.

Cet après-midi (12 Aout 2015) vers 18 heures, un jeune negro-mauritanien étudiant en France et en vacances, du nom de Mamadou SY fut arrêté et tabassé par un policier et un gendarme vociférant des insultes à caractère racistes à son encontre.

Ces éléments sont issus d’un groupement de la Direction de la Sureté territoriale (DST) en patrouille à la chasse d’étrangers noirs, en particulier des sénégalais. La scène se déroule sur la route de Nouadhibou vers le supermarché Big Market, c’est revenant de son lieu de stage que Mamadou, étonné  par le traitement barbare et inhumain réservé par ces membres de la DST à ces immigrés, s’arrête pour constater les faits. Mu par un élan humanitaire et de justice, il appela sa mère militante des droits de l’homme pour lui parler de ce qui se passait. Il en profita aussi pour prendre une photo dans le but de dénoncer ces pratiques, puis s’en alla à bord de sa voiture.

Aussitôt reparti il fut rattrapé par deux agents qui lui coupèrent la route aux alentours de la clinique Ibn Sina, un policier et un gendarme, qui l’extirpèrent de force de  son  véhicule et se mirent à le rouer de coup avant l’amener de force. Battu et blessé, ce qui choque le plus ce jeune homme de 23 ans c’est la teneur raciste des insultes que ces deux membres des forces de l’ordre lui ont proféré en Hassaniya, « ntouma lkwar la chi men leklab, Zeine vikoum la eli 3adel koum Maaouiya» (Trad. « Vous autres noirs, n’êtes que des chiens, Et méritez les mauvais traitements que vous a infligé Maaouiya »)    « Ndorou n3adlouhalkoum moli » (Trad. « Nous vous les feront subirent encore ») de la part du gendarme, tandis que le policier le congratulait en lui lançant des « Hayak » (Trad. « Bien fait ou bien dit ») tout en le battant.

Les parents de la victime inquiets, finirent par le retrouver à la 4eme compagnie sis à Bagdad, Lieu où les immigrés sont emmenés, et entassés dans des conditions inhumaines (Une quarantaine d’individus, hommes, femmes et enfants parqués dans une pièce d’environ 3m carrée).

Apres son admission aux urgences du CHN, ce jeune homme s’est retrouvé avec 5 points de sutures à la lèvre supérieure, le visage tuméfié et une incapacité de travail de 7 jours.

Ces crimes qui ne portent pas de nom, perpétrés par des forces de l’ordre, restent impunis et sont devenus d’une banalité alarmante, tandis qu’aucune mesure n’est prise par les autorités pour y remédier.

Aujourd’hui, la plupart des negro mauritaniens se trouvent dans une situation de psychose générale, n’osant plus mettre les pieds dehors de peur d’être envoyés hors des frontières de leurs propre pays.

Nous dénonçons l’attitude des agents de la DST envers les immigrés vivants en Mauritanie. Ces rafles honteuses envers ces gens, nerespectent ni les lois nationales, ni les conventions internationales en matière  de libertés et de la non-discrimination, ratifiées par la Mauritanie. Elles sont en totale contradiction avec les normes et standards des droits humains.
Nous nous élevons contre les abus de pouvoir des forces de l’ordre qui devraient servir les citoyens et non l’inverse.

Nous appelons enfin tous les citoyens mauritaniens, épris de paix et de justice, les organisations nationales de droit humains,  la communauté internationale à condamner l’impunité  dont jouissent les auteurs de pareils actes, pour que cessent ces pratiques inhumaines et dégradantes.

Mme Sy Lalla Aicha

Présidente du CSVVDH

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *