Actu

Mariam Baba Sy (députée) appelle à l’intégration de la question du genre dans la migration

14488806_10204981674302106_1449260620_o

La présidente  du réseau des femmes parlementaires mauritaniennes (REFPAM) Mariam Baba Sy  a appelé à l’intégration de la question du genre et du respect des droits des enfants dans le traitement officiel des questions migratoires.

Les parlementaires doivent veiller à ce qu’on respecte les droits et la protection des travailleurs migrants notamment les domestiques qui sont souvent victimes des viols et des violences physiques sur leur lieu de travail. D’autant plus que la  Mauritanie est le plus récent pays à avoir ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille, a soutenu l’honorable députée.

im

Intervenant à la rencontre internationale sur la liberté de circulation organisée par l’association mauritanienne des droits de l’Homme (AMDH), Mme Mariam Baba Sy a regretté que « généralement, les questions migratoires sont secondaires et pourtant tel ne devrait pas être le cas. Rien que l’an dernier, au niveau du parlement, on a voté une loi sur la migration. »  En tant que représentant et élu du peuple, il est du devoir des parlementaires de contribuer au renforcement des connaissances empiriques sur les migrants », a-t-elle rappelé.

Au sujet de leurs actions parlementaires, la présidente du REFPAM a précisé qu’ : « en matière de migration, nous au sein du réseau, nous nous efforçons à ne pas ratifier tout ce qui nous est présenté par l’exécutif ».

Elle a demandé à ce que « la législation mauritanienne soit adaptée afin de mieux protéger les migrants ». Avant d’insister que   : « l’engagement en vers les migrants doit être plus justes, plus sensées et plus humains : Un impératif économique et moral ».

Dans son plaidoyer, la présidente du réseau mauritanien des femmes parlementaires a souligné que l’amélioration de la perception publique des migrants passe inexorablement par la  comptabilisation et la publication de l’apport économique des migrants pour notre pays.

Elle a signalé que les membres du réseau ont procédé à plusieurs interpellations des membres du gouvernement au sujet des rafles des migrants, de la carte de séjour et des expulsions.

Le REFPAM a été crée en 2015 et se veut d’être « une structure forte capable de susciter un dialogue et d’influencer positivement sur l’égalité de genre ». Et parmi ses missions, «  Contribuer à un contrôle de l’action gouvernementale plus efficace pour assurer que les lois, les politiques et les programmes prennent en compte le genre ». Et surtout « à l’intégration du genre dans l’administration et la gestion de l’Assemblée Nationale et du Sénat de la Mauritanie ».

Ba Sileye

 

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *