El Mina : Un garde ouvre le feu contre la population lors d’une patrouille

El Mina : Un garde ouvre le feu contre la population lors d’une patrouille

12615263_801156266678167_5021931180557151344_oLes populations du quartier carrefour Yero Sarr (El Mina) ont échappé de justesse à une bavure de la part d’un élément de la garde nationale.  Dans la soirée du dimanche 17 janvier, aux environs de 22 h 30, un garde appartenant à une patrouille a failli commettre l’irréparable en tirant des coups de feu contre des citoyens sommés de rentrer à 22 h en raison d’un couvre feu. Preuve en est, une douille portant les caractéristiques suivantes D = 031/704 a été retrouvée sur les lieux par les témoins. A l’heure où vous lisez ces lignes, un adolescent de 19 ans, répondant au nom de Diop Salif M’Baré qui a failli payer les frais de la bavure du garde se trouve au commissariat d’El Mina N2.  Une plainte contre le garde a été déposée auprès du Procureur de la république.

Tout a commencé comme on peut le lire sur la plainte déposée par Monsieur M’Baré Boubou Diop, père du prévenu, auprès du Hakem de la Moughataa d’El Mina : «  l’Intéressé  s’est évertué à exercer une violence délibérée physiquement et verbalement à l’encontre de mon enfant qui se trouvait devant la porte de notre domicile en présence de témoins décontenancés par cette conduite, que rien à priori ne semble justifier ».

Toujours selon les termes de la plainte : « A  la surprise générale, nous avons vu l’intéressé pénétrer dans la voiture de patrouille pour se saisir d’un fusil qu’il a braqué sur l’attroupement qui s’était constitué, en proférant des invectives et menaces, dans un état de manque de sang-froid manifeste. Il s’est alors permis de tirer un premier coup de feu en l’air, en promettant  d’arroser toute personne qui ne débarrassait pas dare-dare les lieux . La douille du coup de feu tiré a été récupérée, comme preuve. »

Heureusement, le pire a été évité par l’intervention d’un agent policier en civil et d‘un autre garde, chef de patrouille venu à la rescousse de ses collègues après le signalement. Quelques heures après les faits, la famille Diop s’est rendue au commissariat d’El Mina pour porter une plainte contre le garde en question, sous le numéro d’enregistrement 308.

D’après des propos recueillis auprès des riverains, une autre patrouille de la garde nationale a tardivement, dans la même soirée, investi les lieux pour retrouver la douille, laquelle est gardée comme preuve concrète contre le dit garde.

Contacté par rmi-info.com, monsieur Diop a déclaré que : « le fait de venir dans les maisons pour sortir manu-militari les populations résulte du comportement immoral de certains jeunes gardes ».

Il nous apprend en même temps que les autorités ont lancé une contre-plainte déposée contre lui et son fils par un officier de la garde qui n’est même pas concerné par cette histoire. Il déclare en effet détenir  un enregistrement dans lequel ce dernier s’excuse lui-même des dérapages du jeune garde.

Cette énième affaire soulève la question de « l’état de siège » que vivent les populations de ce quartier et surtout des abus des forces de l’ordre auxquels ils sont constamment soumis.