Actu

DÉCLARATION, Forum des OSC-SUN Mauritanie

logo_civil_society_network-1

 

 

 

 

 

Les résultats de l’enquête nutritionnelle nationale SMART réalisée du 31 octobre au 22 novembre 2016.

Les résultats de cette enquête publiés en mars 2017 montrent qu’il n’y a eu aucune amélioration sur le plan nutritionnel chez les enfants en Mauritanie (6-59 mois) par rapport aux années 2014 et 2015. Ces résultats sont alarmants et révèlent une situation nutritionnelle très préoccupante avec une prévalence de la malnutrition aiguë globale dépassant pour quelques régions le seuil  d’alerte .

Pour illustration :

I. MALNUTRITION AIGUE DES ENFANTS DE 6 A 59 MOIS

Plusieurs départements en Mauritanie dépassent largement le seuil d’urgence de l’OMS (10,0%).Certains vont même jusqu’à plus de 17%  par exemple au Guidimakha, au Gorgol et au  Brakna.

II. MALNUTRITION CHRONIQUE DES ENFANTS DE 6 A 59 MOIS

Sur ce plan encore, il convient de noter que plusieurs départements ont des prévalences supérieures à 20% et le camp de Mberra 33%.

III. INSUFFISANCE PONDERALE DES ENFANTS DE 0 A 59 MOIS

Les prévalences de l’insuffisance pondérale globale les plus élevées ont été obtenues dans le Guidimakha (20,4%) et dans le camp de M’Berra (20,8%). Considéré comme un indicateur de développement nutritionnel, ce taux mérite une attention particulière.

Malgré ce contexte préoccupant, la Mauritanie ne bénéficie pas d’un plan de réponse urgence en 2017. La situation humanitaire risque d’être catastrophique, car la Mauritanie disposait depuis 2012 des plans de réponse qui avaient mobilisé d’importants fonds qui n’ont pas pu inverser la tendance nutritionnelle.
La Mauritanie n’est plus une priorité pour les partenaires, alors qu’elle compte plusieurs   zones spécifiques qui nécessitent une attention particulière dont  Mberra,  un camp  de réfugiés  (environ 50 000) entièrement dépendant de l’aide humanitaire d’urgence.

Au vu de ce qui précède, le Forum des Organisations de la Société Civile SUN-Mauritanie demande :

  • Au gouvernement, en perspective de la soudure qui risque d’être plus accentuée au vu des résultats annoncées plus haut, d’anticiper une coordination préventive dans  régions les plus touchées et en particulier le Hodh El Charghi où se situe le camp de Mberra.
  • A l’équipe humanitaire pays, d’évaluer rapidement les besoins d’urgence dans ces zones et de prendre en compte l’avis des populations et celui des acteurs locaux en les impliquant de manière effective.
  • aux partenaires, malgré l’inexistence d’un plan d’urgence pays pour la Mauritanie et au vu de la situation d’alerte telle que décrite par le dernier Rapport SMART, de maintenir leurs engagements vis-à-vis des enfants du pays.
  • La mise en place ou le renforcement du système d’alerte et de surveillance nutritionnelle pour les enfants de moins de 5 ans dans ces régions
  • Le renforcement des centres de prise en charge de la malnutrition dans les régions les plus touchées (Crenam, Crenas et Creni).

Nouakchott, le 16 mars 2017

 

 

                              

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *