Actu direct Rmi info

Chloroquine: entre autorité et méthode

A y voir de plus près, cette histoire de Pr Raoult semble être plus une histoire d’un argument d’autorité soutenu inconsciemment par l’effervescence des réseaux qu’un véritable argument scientifique.

1- Tout d’abord, il faut savoir que l’article scientifique dont on parle, a 18 cosignataires (voir ici: https://www.sciencedirect.com/…/arti…/pii/S0924857920300996…) et Raoult n’est qu’un cosignataire comme les 17 autres. Donc le fait qu’on parle de lui comme l’homme providentiel isolé qui aurait mis au point un remède n’est pas justifié.

2- Deuxièmement, cette équipe de 18 chercheurs signataires de l’article qui fait polémique n’est pas précurseur de cette idée. Regarder par exemple le travail de cette équipe chinoise qui ne date que du mois de Février dernier (https://www.jstage.jst.go.jp/…/…/14/1/14_2020.01047/_article), il a soumis l’idée de l’efficacité de la Chloroquine dans le cas du Covid-19 avant le travail dont on parle. L’équipe des 18 n’a fait qu’essayer de tester l’idée avec une molécule qu’elle juge moins frivole (c’est mon mot): L’hydroxychloroquine. Donc, il y a un décalage évident entre la réalité de cette recherche et les histoires romancées qui gagnent de l’espace dans les réseaux sociaux et les médias.

3- Je ne vais pas discuter de la méthode statistique très discutable de l’équipe des 18 car cela nous emmènerait trop loin, mais il faut savoir qu’elle est extrêmement fautive et que si elle était corrigée, elle donnerait des résultats moins alléchants. Le nombre de cas suivis est un sérieux problème, le report des données est assez flou, la procédure de publication est tout à fait discutable.

4- Il y a de faux arguments que l’on exhibe un peu partout tel que le fait que Pr Raoult soit reconnu et qu’il faudrait donc le suivre. Inutile de préciser que les reconnaissances dues au Pr n’ont été faites qu’après une sérieuse évaluation par les pairs et par la communauté à laquelle il appartient de ses travaux, ce n’était nullement à la suite d’un emballement sur internet ou sur une pétition. Donc il est totalement contradictoire d’un côté de créditer Raoult sur la base de la reconnaissance de ses pairs, et de l’autre déplorer une incompréhension ou un hypothétique complot ourdi par les mêmes contre une prétendue découverte du Pr.
Il faut également savoir qu’une reconnaissance scientifique ne concerne que des travaux déjà validés et n’est pas une garantie de l'<

5- En disant cela, on ne juge aucunement l’efficacité de la Chloroquine, on juge les arguments qui la défendent. Dire que l’argument n’est pas bon ne veut pas dire que l’efficacité n’a pas lieu, cela revient tout simplement à dire qu’on ne dispose pas de raison suffisante à croire en l’efficacité et qu’il faut rester prudent à l’utilisation de la molécule. La maladie est nouvelle, il est encore trop tôt pour savoir l’ensemble des effets que peut occasionner cette molécule chez le souffrant du Covid-19.

6- Une situation d’urgence ne justifie pas de bafouer les règles de la méthode qui garantissent la validité des conclusions, même si d’autres règles intermédiaires peuvent être infléchies. On ne peut pas se fier aux exemples que certains avancent comme quoi on n’impose pas à une ambulance transportant un malade en phase critique de suivre le code de la route. Tout d’abord, il faut toujours garder à l’esprit que comparaison n’est pas raison et que les choses ne se réduisent pas aussi trivialement les unes aux autres. Mais même si on acceptait de telles comparaisons, il faudrait aussi nous dire combien d’ambulances ont provoqué des accidents qui ont emporté bien plus de personnes qu’elles n’en transportaient, des personnes qui n’avaient rien de critique… Et ensuite nous garantir qu’on est dans la bonne ambulance pour qui il est acceptable d’ignorer le code!
Car les même farouches défenseurs du Pr se retourneraient contre les gouvernements s’il s’avérait que la molécule cachait des effets imprévus qui pèsent sur ses bienfaits, et que ceux-ci avaient donné le feu vert. Le monde ne manque pas de scandales pharmaceutiques, alors prudence!

7- Je souhaite que la chloroquine soit le remède qui fonctionne ou qu’une autre molécule connue et disponible soit la bonne car cela faciliterait la tâche, mais encore une fois il ne suffit pas de le souhaiter, il faut l’établir avec le plus de science possible mais certainement pas avec le plus de votants non scientifiques qu’il y a sur le net. On est en face d’une question à laquelle la démocratie n’a strictement aucun mot à dire. Laissez les spécialistes se battre et se mettre d’accord, car il en a toujours été ainsi. Ces antagonismes au sein de la science, mis en lumière à l’occasion de cette crise mondiale, sont les seuls garants de la bonne marche de ce domaine de savoir, c’est le prix du fonctionnement de la critique; et tout oeil averti n’y verra que du meilleur, car cela marche extrêmement bien. Les productions scientifiques de qualité explosent précisément parce qu’il y a ce niveau de critique dans les différentes communautés.

Restez chez-vous, lavez-vous les mains et portez-vous bien!

Dr Mouhamadou Sy

Related Posts

Laisser un commentaire